De la laïcité positive

Articles sélectionnés Ajouter un commentaire

Dans son discours du Latran, le Président Nicolas Sarkozy prône une “laïcité positive”. Voici ce que j’écrivais sur ce thème, en 2001, dans un article de Panoramiques intitulé “Intégrer les immigrés aux… étrangers

La laïcité de l’école

L’école et les média ont un rôle fondamental à jouer dans la présentation des mœurs des populations des pays d’où provient l’immigration, et dans leur bonne compréhension. Mais cela suppose de mobiliser les Universités et les établissements de recherche sur un vaste chantier, pour redonner un sens au beau mot d’humanités, au pluriel, qui désignait l’enseignement que recevaient autrefois les jeunes bacheliers. Tout comme l’étude des langues étrangères ne peut se faire qu’après celle du français, la compréhension des civilisations du vaste monde, jadis et ailleurs, commence par celle de ce pays, ici et maintenant.

Les systèmes anthropologiques et les rites familiaux majoritaires en France, sont issus d’un héritage tant gréco-latin que judéo-chrétien. Il est donc fondamental que la laïcité à la française se départisse de son hostilité aux discours religieux, venue de son origine anticléricale, et adopte une attitude positive et concrète à l’égard des religions bibliques : la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen ne peut s’étudier sans référence au Décalogue de l’Ancien Testament et à l‘Épitre aux Galates, ni l’état civil laïque sans référence aux registres catholiques … La laïcité à la française, pourrait-on dire, est au protestantisme ce que celui-ci est au catholicisme : un schisme né dans la violence mais qui a engendré une nouvelle religion chrétienne…

Chrétienne, la laïcité l’est évidemment lorsqu’elle réduit l’appartenance religieuse à la croyance, à la foi, à l’opinion, sur le mode de l’article 10 de la Déclaration des Droits de l’Homme (1), négligeant des pratiques anthropologiques et familiales qui peuvent contredire les lois et coutumes françaises. Lorsque Napoléon entreprit d’intégrer les juifs à la France, il interrogea une Assemblée de notables, dite abusivement Sanhedrin, pour résoudre diverses difficultés comme la célébration des mariages et le service militaire. La République a essayé sans grand succès de transposer la méthode à l’Islam, mais le type de problèmes à résoudre est le même, comme l’ont montré les travaux de Michèle Tribalat (2). Je suggère que la France essaye de négocier avec les pays musulmans la lecture des Codes civils respectifs qui serait faite à la mairie lors des mariages impliquant au moins un de leurs ressortissants ou encore quelle présentation des civilisations respectives pourrait être faite dans les différents cycles de l’enseignement.

Pâques et le Ramadan

Il ne faudrait plus hésiter à comparer, non les dogmes, mais les pratiques effectives, les rites, les calendriers, ce qui conduirait à des cours combinant l’astronomie élémentaire, la linguistique, l’anthropologie familiale, l’histoire des civilisations et des religions. Le lycée pourrait expliquer les approximations de l’année julienne et de l’année grégorienne, les phases de la lune, les fluctuations de la date de Pâques, la date du Ramadan et celle du Nouvel an chinois, dire où, en Europe et autour de la Méditerranée, on parle une langue latine, germanique, slave, finno-ougrienne, arabe, où on écrit en caractères latins, cyrilliques, grecs, arabes…Voilà une forme moderne d’instruction civique, où on comparera librement les institutions, les fêtes et calendriers, les rites religieux, les langues et écritures, et les motivations de bon nombre d’immigrés. Beaucoup d’instituteurs ont déjà trouvé dans la recherche généalogique une façon de faire faire connaissance à leurs élèves, originaires de différents pays et milieux sociaux. Reste à leur fournir une solide documentation.

Il n’y a pas à dissimuler, par exemple, que l’Islam offre à la modernisation une résistance plus forte que celle qu’ont également présentée, en leurs temps et en leurs lieux, les diverses formes de christianisme. Tous les systèmes religieux, venus du fond des âges, exaltent la fécondité et la procréation. Celles-ci furent essentielles, pendant des millénaires, à la survie de l’espèce affrontée aux rigueurs des épidémies et des famines. Mais le Coran ne contient pas l’équivalent du Décalogue. Le fidèle est directement soumis à la Divinité, sans entremise d’aucune Loi ni de ses interprètes, d’où les rivalités entre tribus et pays. De même, l’Islam met sur le même plan la filiation naturelle d’Ismaël et la filiation “légitime” d’Isaac. Il ignore du coup la paternité sociale symbolisée par “Dieu le Père” des religions bibliques, ce qui exalte la virilité et expose la vertu des femmes à une suspicion dont découlent nécessairement la soumission des filles à leur père, des sœurs à leurs frères et des épouses à leur mari, et diverses réticences portant sur la scolarisation des filles, la diminution de l’écart d’âge au mariage, l’exogamie familiale et le libre choix du conjoint, sur l’accès égal à l’héritage, sur l’abolition de la polyga mie (importante en Afrique Noire, rare dans les pays arabes) … Le statut de la femme est de ce fait le principal obstacle sur lequel bute aussi bien la mo dernisation des pays musulmans que l’assimilation des originaires de ces pays émigrés dans le monde occidental. Ni l’une ni l’autre ne sont certes impossibles (3). Mais elles nécessitent du temps, de l’intelligence et du courage, celui des femmes en particulier. Celui aussi des élites musulmanes, qu’on aimerait entendre plus souvent dénoncer l’agressivité des discours qui sévissent dans bon nombre de mosquées.

Dans un monde qui ne craint plus l’explosion démographique, mais entrevoit au contraire au bout du nouveau siècle la stabilisation des effectifs humains, l’aide aux pays “en voie de développement” devrait faire place à l’assistance à la création et au renforcement des nouveaux États… et de beaucoup d’anciens. Celle-ci rend nécessaire au passage la remise en ordre de “notre cher et vieux pays” et la redéfinition de ses valeurs. Le pessimiste peut voir là un “vaste programme”, hors d’atteinte, mais l’optimiste a le droit de compter sur la sagesse des hommes confrontée à la nécessité des temps.

Notes

(1) ” Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi “

(2) Michèle TRIBALAT ” Faire France. Une enquête sur les immigrés et leurs enfants“, La découverte, 1995


(3) Éric TAÏEB : “Il n’y a pas de danger communautariste maghrébin” dans “Europe : régions et communautés contre les nations ?” Panoramiques n° 49, 4ème trim. II 2000, p. 139-145. Voir aussi les articles des pages 128-156.

Voir aussi :
Observatoire des religions
Tu aimeras l’étranger…

————

La Bible hébraïque présentée, traduite (8 versions) et commentée sur JUDÉOPÉDIA
Articles accessibles sur Accedit

Articles sélectionnés du Blog MLL
Sommaire du Site MLL
Page d’Utilisateur de Wikipédia

MLL en vidéo UTLS, 26 février 2000, “Migrations et tensions migratoires”.

Laisser un commentaire

WP Theme & Icons by N.Design Studio
Entries RSS Comments RSS Connexion